4 conseils pour remonter la pente quand tes envies de reconversion en prennent un coup

Hello hello, et bienvenue à toi pour ce premier article de l’année 2021 ! 

 

Aaah, les montagnes russes de la reconversion pro ! 

On trouve une super idée de ce qu’on aimerait faire comme boulot ; on se fixe des objectifs super ambitieux ; on prépare son plan d’action ; on commence et…Patatras ! Un retournement de situation ou un échec font voler ta vision brillante et décalée en éclats !

Je l’ai sûrement déjà évoqué, mais la reconversion est un parcours long (en moyenne deux ans), et semé d’embûches. Même si c’est pour faire quelque chose qui te tient à cœur, tu vas rencontrer des obstacles ou des imprévus qui vont faire chanceler ton enthousiasme et ta confiance en toi. 

 

Rien de neuf sous le soleil

C’est tout à fait normal ! L’expérience de changer sa vie professionnelle ne peut pas être constituée que d’événements positifs, autrement elle ne serait pas très réaliste ou authentique. Ce que tu vas vivre de bien (découvrir un domaine qui te plaît, être acceptée dans une formation, interviewer une personne hyper inspirante qui travaille déjà dans ce que tu veux faire) aura d’autant plus de saveur quand tu le compareras aux événements négatifs que tu as dû surmonter pour en arriver là où tu aujourd’hui !

Les problèmes arrivent quand face aux obstacles tu te rétracte tel l’escargot dans sa coquille et passe ton temps à remettre en question tes envies. Si ta confiance et ta motivation que tu as péniblement réussi à mobiliser ne font que baisser à mesure que tu fais face à des difficultés, au bout d’un moment ça pourra mener à un ralentissement, voire un abandon de tes envies de reconversion !

 

Et c’est une forme d’auto sabotage !

C’est quelque chose que j’ai beaucoup vécu avant de quitter mon emploi et me lancer dans la création de Les Géniales. Je remettais mon projet de travailler dans l’orientation professionnelle dès qu’on ne me faisait pas un retour hyper positif, si le financement d’une formation était beaucoup plus compliqué que prévu, ou encore si je rencontrais un professionnel qui travaillait dans une branche de l’orientation qui ne me plaisait pas du tout ! 

Avec le recul, j’ai compris que ces moments de découragement ont été des excuses pour ne pas aller jusqu’au bout de mon projet. De fait, je me suis sacrément ralentie en laissant ma confiance en moi s’éroder dès que quelque chose de négatif venait plomber mes avancées !

 

Try again. Fail again. Fail better.

C’est facile de dire ça en théorie, et pas très difficile à comprendre. Ca t’es sûrement déjà arrivé non ? Tu broies du noir, tu te dis “bouhouhou, je ne vais jamais y arriver”, même si tu sais que tu as fait une erreur, ou qu’il y a encore d’autres solutions que tu n’as pas exploré. Ton cerveau enregistre l’info, mais ça ne t’empêche pas de continuer à chouiner – et en plus de t’en vouloir pour ça !

C’est aussi pour ça que les conseils des autres ont tendance à ne pas nous aider quand on est dans cet état là – bien au contraire ! En effet tu n’as pas besoin d’un raisonnement qui prouve par A + B que si tu te remets au boulot, tes démarches finiront par aboutir (raisonnement que tu as déjà fait 10 fois dans ta tête comme une grande !). Ce dont tu as probablement beaucoup plus besoin, c’est que ta confiance reste au top pour que tu puisses rebondir encore et encore tel le swiss ball ! 

Comment arriver à ce résultat quand autour de toi tout semble te prouver le contraire (et en cette période de crise sanitaire, le sujet est d’autant plus d’actualité !) ?

 

Sèche donc tes larmes et haut les coeurs ! Voici mes 4 étapes à suivre pour t’aider à encaisser un échec et remonter la pente quand tes envies de reconversion en prennent un coup !

 

 

1. Prends la responsabilité de ce que tu ressens face aux difficultés

Même si tu te sens déjà triste ou découragée par l’imprévu qui a pointé le bout de petit nez dans ton plan, il est possible que tu nies toujours comment tu te sens vraiment. Un signe qui ne trompe pas est quand tu projette tes émotions sur des éléments extérieurs. 

Exemple: “J’en veux à ta cousine qui a réussi, elle, a changer de job en seulement six mois, alors que c’est la 20ème fois que mon CV se fait rembarrer !”

C’est une réaction tout à fait naturelle, que nous faisons toutes à un moment ou à un autre. Le truc, c’est que projeter ses émotions te fait surtout perdre de l’énergie et du temps que tu devrais plutôt consacrer au bénéficiaire n°1 de ton projet : toi !

Une astuce pour toi : Inverser les rôles ! Si je reprends l’exemple de la cousine, ça donne par exemple : “Je M’en veux parce que ma cousine a réussi, elle, a changer de job en seulement six mois, alors que c’est la 20ème fois que mon CV se fait rembarrer !”

Tu vois où ça nous mène ? La colère initialement dirigée vers une personne qui en soi n’a rien à voir avec ton fail de candidature est peut-être bien de la colère que tu ressens envers toi-même pour ne pas avoir encore atteint ton objectif. 

 

2. Laisse toi le temps de faire le “deuil”

Une fois que tu as reconnu les émotions qui te viennent, c’est super important de prendre un minimum de temps pour les accepter. 

Ok, tu as probablement des choses à améliorer dans tes candidatures ou tes critères de recherche de dream job. Mais à quoi bon t’auto flageller pour ça ? Si tu veux vraiment avancer de manière plus efficace et productive, prendre le temps d’assimiler ton “échec” sans jugement est la solution. Il sera toujours temps d’avancer après ! C’est ce qui s’appelle aussi ressentir de la bienveillance et de la compassion pour soi-même 😉

Une idée pour y arriver, inspirée par la talentueuse coach en écriture Marie-Eve Tschumi : écrire ce que tu ressens ! De manière très littérale et 1er degré. Quelles sont les sensations que tu sens dans ton corps ? Comment respires tu ? Tu peux faire ce travail sans écrire, mais noter tes réflexions permet de rester concentrée sur l’instant présent. 

FYI : C’est d’abord ton cerveau reptilien (chargé des sensations) qui apprend les mauvaises nouvelles, puis ton cerveau limbique (celui qui s’occupe des émotions) et après tout ça seulement ton néocortex (qui traduira toutes tes sensations et émotions en pensées intelligibles). C’est cette hiérarchie dans le décodage d’une situation par le cerveau qui explique par exemple qu’on pleure ou qu’on est en colère sans savoir pourquoi !

Donc une fois que tu auras bien identifié ce qui se passe dans ton corps, tu pourras définir tes émotions et leur pourquoi bien plus facilement. Testé et approuvé !

 

3. Fais l’inventaire des éléments positifs 

Pour te repimper le moral, je t’invite à faire une liste de ce qui va bien au jour d’aujourd’hui dans ta vie. Tout ne va pas de travers ! Ça peut paraître bête comme ça, et pourtant faire preuve de gratitude permet de rééquilibrer ta vision de ta situation. Et comme ça, tu évites de faire prendre des proportions gigantesques à un problème qui n’est probablement pas si insurmontable que ça !

Fais une liste de ce qui roule dans tes démarches de reconversion, mais aussi dans le reste de ta vie pro, perso… Le but est d’assembler un maximum d’éléments positifs, même les plus petits ! Ça peut être le fait que tu aies toujours de quoi payer tes factures, ou encore que ton conjoint te soutient à 100% dans ta démarche. 

Creuse un maximum, et regarde tout ce que tu as accompli et qui te rend fière ! Est-ce que c’est tes études ? Ce voyage hyper stylé que tu avais mis des mois à planifier ? Cette lettre de recommandation que ton ancien boss t’a écrite pour t’aider à à te reconvertir ?

Une fois ta liste suffisamment complète pour te remonter le moral, prends le temps de savourer toutes ces petites et grandes actions qui t’ont construite et aidée à arriver là où tu en es aujourd’hui ! 

 

4. Prendre du recul sur tes potentielles erreurs et transforme les en points d’amélioration

Maintenant que ta motivation est à peu près revenue, tu peux de nouveau t’y remettre, cette fois-ci sans te dire que tu es trop nulle ou que tu n’y arriveras jamais !

Le but ici reste que tu puisses à l’avenir éviter de bumper à nouveau sur l’obstacle qui t’a momentanément détournée de ta nouvelle direction pro. Pour ça, il est bon d’analyser ce que tu as pu faire pour que les choses partent en cacahuètes, ou encore ce que tu peux faire pour que des éléments extérieurs ne viennent plus te troubler. 

Avais tu rempli ta demande de financement pour cette formation en temps et en heure ? Est-ce que ta lettre de motivation pour faire ce stage t’envoyait du rêve ? Est-ce que ce boulot que tu n’as pas obtenu est la seule porte d’entrée pour exercer dans ce domaine ?

L’idée est que tu arrives à prendre, toujours avec bienveillance, du recul sur ce qui n’a pas fonctionné comme prévu, et pourquoi. Ne pas être assez objective risque de desservir ton projet plus qu’autre chose ! Si tu sens que tu glisses à nouveau vers la pente de l’auto flagellation, n’hésite pas à demander de l’aide à quelqu’un de ton entourage en qui tu as confiance et qui te soutient déja dans ton envie de changement. Tu peux aussi te faire accompagner par un/e professionnel qui saura te guider dans cette grande aventure qu’est la réinvention de sa vie pro !

 

Est-ce qu’un obstacle imprévu te plombe particulièrement le moral en ce moment ? N’hésite pas à me partager ton ressenti et comment tu fais pour surmonter tout ça dans les commentaires.

Hang in there baby ❤ !
 

Pour t’aider à faire le point et prendre du recul sur tes envies de reconversion, j’ai créé un guide et sa checklist gratuites pour que tu saches à quel étape de ta reconversion tu en es, ce que tu dois faire et à qui tu peux t’adresser pour être encore plus efficace. Tu peux la télécharger ici !
 

Reste brillante et prends soin de toi,

Partager cet article

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur email

En panne d’inspi quand tes proches demandent “comment ça se passe le travail en ce moment” ? Fais le test pour profiter de conseils sur mesure et enfin passer l'épreuve, finger in the nose

Amélie Mansard
Amélie Mansard

Coach intuitive et décalée, je réconcilie les jeunes femmes avec leur potentiel pour les guider vers une vie professionnelle plus engagée et épanouie.

Qui suis-je

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

dapibus eget tristique at Aenean ut Praesent ipsum in ultricies ut elit.